Aller au contenu directement

AVS 21, une nouvelle attaque sur le dos de toutes et tous!

Helena Verissimo de Freitas
Secrétaire régionale adjointe, Unia — Ancienne députée

2022 est sans aucun doute l’année des retraites, on pourrait même dire l’année des attaques contre les retraites. En début d’année, grâce à notre mobilisation, nous avons fait aboutir le référendum AVS 21 avec plus de 150’000 signatures, projet de réforme sur lequel nous votons ce 25 septembre. Mais AVS 21 n’est que le début des attaques car nous devons également compter sur l’initiative des jeunes libéraux pour la hausse de l’âge de la retraite ou encore tout projet qui péjorera la LPP.

Une réforme sur le dos des femmes… 

Le projet de réforme AVS 21 prévoit l’augmentation de l’âge de la retraite de 64 à 65 ans, ce qui fait peser sur les épaules des travailleuses l’essentiel du coût de la réforme soit quelque 10 milliards en subissant une baisse annuelle de CHF 1’200 de leurs rentes.  Or, elles subissent déjà une triple peine, en exerçant la majeure partie du travail non rémunéré, en percevant des salaires et des rentes inférieures à celles des hommes et en étant nombreuses à exercer des professions pénibles (vente, hôpitaux, EMS, institutions pour personnes handicapées, crèches et accueil de la petite enfance, etc.).

… et sur l’ensemble des travailleurs et travailleuses

AVS 21 prévoit également une flexibilisation du départ à la retraite entre 62 et 70 ans. En réalité, seules les personnes fortunées pourront se permettre de prendre une retraite anticipée. Cette flexibilisation contraindra les travailleuses et les travailleurs à choisir entre une petite rente ou leur santé ! L’espérance de vie et de retraite en bonne santé n’est pas la même selon la classe sociale.

Une augmentation de la TVA antisociale

Pour financer ce projet de réforme, une augmentation de 0,4 points de la TVA est prévue. Encore une mesure antisociale, car elle pénalise de façon disproportionnée les petits revenus.

Ensemble, nous pouvons gagner !

Face à un camp bourgeois arrogant, faisons-lui barrage grâce à notre mobilisation militante dans la rue pour convaincre la population à glisser un double NON dans les urnes le 25 septembre prochain.