Aller au contenu directement

Votation 24 septembre 2017

La réforme de la prévoyance vieillesse, dite PV2020, ne passe pas la rampe au niveau suisse. Le mot d’ordre du PS genevois, voté par la majorité des militant-e-s réuni-e-s en Assemblée générale, a été suivi par les Genevois-es qui refusent très nettement la réforme à 60,28%. Le peuple de notre canton reste attaché au système de l’assurance sociale de solidarité. Pour rappel, il avait accepté l’initiative AVS+ à 53%, pour soutenir l’AVS qui demeure le système le plus stable et le plus équitable entre les générations. C’est cette équité que les Genevois-es ont aujourd’hui décidé de conserver. Les électeurs-trices ont exprimé qu’ils-elles ne voulaient pas se contenter d’un projet par trop défavorable à une majorité de la population.

La campagne aura été extrêmement intense avec, de toutes parts, des menaces sur la pérennité du système de financement et le spectre d’une augmentation générale de l’âge de la retraite à 67 ans. Or, les électeurs-trices ne peuvent pas se déterminer sur des intimidations mais attendent du Conseil fédéral qu’il soit une vraie force de propositions. Le compromis peu satisfaisant sorti des chambres fédérales, associé à des menaces quant à son refus, n’aura pas convaincu les électeurs-trices.

Le score genevois est aussi un signal pour rappeler que les rentes et les prestations doivent tenir compte de la situation économique d’un canton frontalier comme le nôtre qui fait face à un marché de l’emploi particulièrement tendu. En effet, une grande partie des jeunes a énormément de difficultés à trouver un premier emploi, et les plus de 50 ans peinent à revenir sur le marché du travail, voire n’y reviennent plus du tout. De plus, les inégalités salariales hommes-femmes demeurent et les femmes font face à des interruptions d’activité, car trop souvent ce sont elles qui réduisent leur temps de travail avec l’arrivée des enfants. Imposer aux femmes une année de travail de plus dans ces conditions était un sacrifice trop important, qui n’aurait pas été compensé par les CHF 70.- mensuels supplémentaires versés aux futur-e-s retraité-e-s.

Les Genevois-es ont donc fait le choix de la cohésion sociale et de la solidarité entre générations, il revient désormais au Conseil fédéral de se remettre à l’ouvrage pour maintenir la pérennité du système de retraite en proposant une réforme équilibrée. La question de la quote part doit être remise sur le tapis. Cette part des bénéfices que les assureurs LPP ont l’obligation légale de verser aux assuré-e-s devrait être augmentée. Il n’était pas acceptable d’exiger que la population supporte une hausse de la TVA et des baisses des rentes du 2ème piliers alors que les assureurs se font une plus-value d’environ 600 millions de francs par an au détriment des assuré-e-s. Le Parti socialiste genevois estime que le système de retraite doit permettre aux retraité-e-s de vivre dignement.

De leurs côtés, les Socialistes genevois s’engagent à continuer leur combat pour l’amélioration de la situation des retraité-e-s à Genève. C’est dans ce sens que les député-e-s socialistes ont déposé un projet de loi visant à rehausser le loyer reconnu dans le calcul des dépenses prises en compte par l’Etat pour déterminer le droit aux prestations complémentaires. Les montants reconnus actuellement sont souvent calculés en-dessous de ce que paient effectivement les personnes âgées, ce qui les prive d’un complément de revenu essentiel.

Par ailleurs, le Parti socialiste genevois se réjouit du plébiscite genevois à 88,39% pour instaurer dans la Constitution fédérale le principe de la sécurité alimentaire.

Votation cantonale

Le Parti socialiste genevois se félicite de l’acceptation à 62% de la modification de la loi constitutionnelle sur les droits politiques. Grâce à cette modification, qui abaisse le nombre de signatures à récolter pour les initiatives et les référendums, les Genevois-es pourront s’exprimer plus facilement en proposant de nouvelles lois, ou en s’opposant à une loi votée au parlement. Les Socialistes, qui s’étaient fortement engagé-e-s sur le sujet, considèrent que cette loi va renforcer la démocratie semi-directe en permettant aux électeurs-trices d’avoir plus de poids pour infléchir les politiques décidées au parlement. A l’heure où les antagonismes sont de plus en plus exacerbés au Grand Conseil et quand la majorité de droite ne cesse d’exiger des coupes dans les prestations à la population, le peuple a certainement souhaité accorder une chance supplémentaire à l’opposition de peser dans les débats et de faire entendre sa voix.

Votation communale

Le Parti socialiste genevois tient à féliciter sa section communale carougeoise pour l’excellente campagne qu’elle a menée. Grâce à la mobilisation des militant-e-s, le Théâtre de Carouge est sauvé. C’est une victoire pour cette institution culturelle phare dont le rayonnement profite à tous et toutes les habitant-e-s de notre canton. Les Socialistes ont toujours défendu la culture comme facteur essentiel d’intégration et de cohésion sociale. La période électorale intense qui a commencé ne doit pas servir de prétexte à une droite populiste jusqu’au-boutiste pour imposer ses positions idéologiques au détriment des intérêts de la population.

Pour plus d’informations :

  • Carole-Anne Kast, Présidente (079 310 48 90)
  • Romain de Sainte Marie, Vice-président (079 395 23 85)

A lire aussi

Un pas en avant vers un suffrage véritablement universel pour renforcer notre démocratie!

AVS 21 : 2 fois NON

Travailler plus et recevoir moins : la Suisse dit oui, Genève dit non !

Égalité des chances à l’école : occasion manquée de justesse