Aller au contenu directement

Les pauvres ne sont pas des kleenex

Lydia Schneider Hausser

160 millions de personnes dans le monde vont se retrouver, à cause de la crise COVID, projetées dans l’extrême pauvreté, et manquer de nourriture[1]. Alors que cette pandémie est en train de redistribuer les cartes géopolitiques du monde, nous devons nous assurer que les personnes vivant sur notre territoire bénéficient de conditions de vie dignes. Ceci est une question de décence et de responsabilité collective.

A Genève, la pandémie a mis en évidence les personnes qui se trouvaient en situation de précarité ou pauvreté et en a plongé de nombreuses autres en dessous du seuil de pauvreté. Les bénéficiaires de cette loi 12723 « Indemnisation perte de revenus liée aux mesures de lutte contre le coronavirus » sur laquelle nous votons le 7 mars sont estimés à environ 3500 personnes.

Ces travailleur-euses aux contrats précaires permettent à d’autres professionnel-les de donner tout leur temps à l’Economie (garde d’enfants, ménage, accompagnement de personnes âgées, etc). Ils et elles vivent de jobs sur appel, de jobs auxiliaires, de petits mandats (étudiant-es, faux indépendant-es), ce qui arrange bien les employeur-euses. Les travailleurs et travailleuses du domaine de la culture, ceux et celles qui nous font nous extasier devant leurs créations artistiques, permettent aussi de faire tourner l’économie, la vie sociale et culturelle. Tout ce temps travaillé a mis de l’huile dans les rouages d’une économie genevoise en plein développement.

Ces personnes dont le travail est essentiel se trouvent souvent en dehors des « radars » des aides sociales habituelles. Ils et elles n’ont donc bénéficié d’aucune RHT, indemnité chômage ou aide sociale lorsque le premier confinement est arrivé. Cette loi vise à corriger cette injustice et à indemniser ces personnes qui ont subi de fortes pertes de revenu sans aucun filet social.

L’UDC et le MCG, sur ce dossier, se profilent comme les gendarmes de la loi sur le travail contre le travail au noir et de la loi sur les étrangers contre les sans-papiers. Ces mêmes partis sont dans la majorité du Grand Conseil qui a refusé que les aides aux entreprises soient assorties d’obligation de maintien des emplois. Donc ce n’est pas pour défendre l’emploi que leur référendum a été lancé. Le but escompté est juste de se faire de la pub sur le dos de ces travailleur-euses exploité-es.

Le Parti socialiste, au-delà de l’acception de cette loi, travaille à la défense des travailleur-euses, contre des statuts de travail inadmissibles (travail au noir, travail sur appel, horaires sans limites). Nous sommes prêt-es à être plus durs envers les patron-nes incorrect-es. Et nous nous battrons encore et toujours pour des assurances sociales moins excluantes.

Mais là, il y a urgence, il y a crise et la solidarité envers ces travailleur-euses ne peut pas se résumer à de la charité, nous devons prendre nos responsabilités et accepter, que quels que soient leurs statuts légaux, professionnels, ces personnes doivent pouvoir vivre décemment dans notre canton qu’elles participent à construire.

Le PS genevois soutient l’octroi de ces indemnisations aux personnes les plus pauvres de notre canton et dit oui aux 15 millions !

[1] 2020 l’année en données, Groupe de la banque mondiale

Thématiques associées: Social

A lire aussi

Par Youniss Mussa

Congé parental: vite, la société attend!

Le Grand Conseil a entamé ses débats concernant l’initiative sur le congé parental. La position du groupe socialiste est claire : nous soutiendrons avec force l’instauration d’un congé ...

Par Mélanie Rufi

Les TPG gratuits au service de la justice climatique et sociale

En mars, la Jeunesse socialiste, les Jeunes Vert-e-x-s, la Jeunesse Solidaire et les Jeunes POP ont lancé une initiative commune qui rendrait les transports publics genevois gratuits pour toute la...

Par Alberto Velasco

Objectif pour 2023: une gauche unie et forte

Le principal enjeu en vue de la future législature sera d’obtenir une majorité de gauche au sein du Grand Conseil. Sans cela, tous les projets de loi et toutes les prestations qu’un Conseil...