Aller au contenu directement

L’égalité, partout et tout le temps !

A la veille d’une nouvelle mobilisation d’ampleur à Genève et dans le reste du pays pour défendre les revendications de la lutte féministe, le groupe socialiste dépose deux motions au Grand Conseil pour faire progresser l’égalité au quotidien entre femmes et hommes. La première demande une prise en charge collective des frais liés à la contraception, la seconde un soutien et une plus grande visibilité des femmes dans le domaine du sport.

Un peu plus d’un quart de siècle après l’entrée en vigueur de la Loi sur l’égalité (LEg), l’égalité dans les faits tarde toujours à se réaliser dans de nombreux domaines de la vie quotidienne. Fortes de ce constat rageant, les partisanes de la lutte féministe et leurs allié-es battront une nouvelle fois le pavé demain, mercredi 14 juin 2023, dans le cadre d’un appel à la grève nationale.

Cette année encore, le PS genevois sera aux côtés des manifestant-es dans la rue, et cette année encore sa députation au Grand Conseil se fera l’écho des revendications féministes et égalitaires au sein du parlement. Deux textes distincts ont été déposés et visent, dans des domaines bien différents, à faire progresser l’égalité de genre dans les faits et au quotidien.

Contraception : une affaire d’hommes aussi !

Revendication de longue date, la gratuité de la contraception est au cœur d’une première motion. Face à l’inaction et au manque de volonté politique des autorités fédérales, le Conseil d’Etat genevois est invité à prendre les devants et à organiser dès maintenant la prise en charge de l’ensemble des frais liés à la contraception. Des structures de proximité doivent en outre garantir l’information en matière de contraception et de prévention des maladies et infections sexuellement transmissibles.

Les femmes assument encore trop souvent seules la charge et la responsabilité de la santé sexuelle et reproductive. Alors que les coûts afférents peuvent s’avérer très lourds, spécialement en Suisse, et qu’il s’agit d’un véritable enjeu de santé publique, il n’est pas acceptable que notre pays continue de se distinguer en prétendant faire de la contraception une affaire privée.

Sport : reconnaître aux femmes toute leur légitimité

La seconde motion déposée par le groupe vise à renforcer la présence et la visibilité des femmes dans le sport. Malgré un travail significatif amorcé par les communes, le sport reste un domaine encore largement façonné par les normes de genre et dominé par les hommes. En comparaison, les femmes sont peu nombreuses à s’engager dans les clubs et fédérations de sport, ainsi qu’à se réaliser professionnellement dans ce domaine. Et lorsqu’elles le font, elles jouissent souvent d’une moindre visibilité – justifiant en retour des rémunérations plus faibles que leurs collègues masculins.

Pour corriger cette situation, les Socialistes proposent qu’un travail similaire à celui mené récemment dans le domaine de la culture soit réalisé, notamment via l’élaboration d’une Charte d’engagement cantonale pour lutter contre la discrimination et le sexisme dans le sport. Sont également demandés un soutien renforcé aux initiatives en faveur de l’égalité dans ce domaine, la promotion de figures sportives féminines et la prise en considération de leur expertise spécifique en amont de la réalisation de tout projet d’équipement ou d’aménagement public dédié à la pratique sportive.

***

Par le dépôt de ces deux motions, de prime abord thématiquement éloignées, les Socialistes entendent rappeler les fondements d’une société inclusive et égalitaire. Car en matière de santé sexuelle et reproductive, comme dans la pratique sportive, le quotidien des femmes est encore trop souvent alourdi par des attentes sociales passéistes et rétrogrades. Pour sortir de ce carcan, le 14 juin, c’est 365 jours par an !

Lire la motion “Pour une contraception accessible à toutes et tous”
Lire la motion “Renforçons l’égalité et la visibilité des femmes dans le sport!”

Pour plus d’informations :

Jacklean Kalibala
Députée — Médecin
Sophie Demaurex
Député — Sage-femme – Directrice institution petite enfance
Nicole Valiquer Grecuccio
Députée suppléante — Coordinatrice patrimoine, lieux culturels et territoire à l’Office du patrimoine et des sites
Caroline Marti
Députée au Grand Conseil, cheffe de groupe — Secrétaire générale du Groupement des coopératives d'habitation genevoises
Thématiques associées: Santé , Social , Sport

A lire aussi

Non à des primes abordables : un mauvais signal pour le pouvoir d’achat en Suisse

Pas de crèches au rabais – Pas d’économies sur le dos du personnel et des enfants !