Aller au contenu directement

« L’environnement, on s’en f… »

Grégoire Carasso
Député au Grand Conseil — Codirecteur des Cafés Carasso, Adjoint académique à l'Université de Genève

Le Grand Conseil s’est prononcé jeudi sur une initiative cantonale de l’UDC, soutenue par le MCG. Cette initiative a pour elle le mérite de la clarté dans le positionnement politique. Ainsi que l’ont expliqué les représentant-es des initiant-es : « l’environnement, on s’en fout » !

Peu importe que vous rouliez en ville avec un tank de 4 tonnes qui pollue 25 fois plus et occupe le double d’espace public qu’un petit véhicule. L’UDC propose un rabais de 50% sur l’impôt de tous les véhicules. Ainsi, avec le système de bonus-malus existant, l’essentiel du cadeau fiscal (60 millions par an) bénéficierait aux plus grands pollueurs. On a rarement vu une initiative aussi rétrograde…

Les justifications avancées par les initiant-es sont doubles. En premier lieu, les Genevois-es paieraient trop d’impôts sur les véhicules. Mais en réalité, nous nous situons très exactement dans la moyenne des cantons suisses en la matière. En second lieu, les transports individuels motorisés ayant dû concéder quelques mètres de bitume pour la création de pistes cyclables, leur facture fiscale devrait diminuer en conséquence. Au-delà de son absurdité juridique, matérielle et éthique, cet argument de l’UDC mériterait d’être poussé un peu plus loin : si l’on supprimait totalement l’impôt sur les véhicules (60 millions de plus par an), supprimerait-on alors le droit de circuler en voiture à Genève ? Presque tentant.

Face à cette initiative d’un autre temps, une très large majorité du Grand Conseil (d’Ensemble à Gauche jusqu’au PLR) a refusé le texte et appelé de ses vœux un contre-projet. Ce dernier devrait tenir compte de la santé publique, des évolutions technologiques, d’une neutralité fiscale et, naturellement, de l’impact environnemental des véhicules ainsi que des objectifs du Plan climat cantonal. Autrement dit, favoriser les véhicules qui génèrent le moins d’externalités négatives, et pénaliser les autres. Affaire à suivre !

A lire aussi

Par Oriana Brücker & Christian Dandrès

Crise énergétique: un couteau sous la gorge du service public et de la population

Il y a vingt ans, le peuple a refusé à une majorité de 52,6% la libéralisation du marché de l’électricité (Loi sur le marché d’électricité). Comme souvent lorsque les intérêts des...

Par Federico Di Napoli

Pour un futur digne: l’initiative pour l’avenir

La Jeunesse Socialise Suisse a lancé le 17 septembre l’initiative pour l’avenir. Cette initiative vise à garantir un avenir digne d’être vécu. Nous le savons, l’humanité fonce...

Par Mélanie Rufi

Les TPG gratuits au service de la justice climatique et sociale

En mars, la Jeunesse socialiste, les Jeunes Vert-e-x-s, la Jeunesse Solidaire et les Jeunes POP ont lancé une initiative commune qui rendrait les transports publics genevois gratuits pour toute la...